Diverses branches du droit son abordées au cours de la formation : droit bancaire, droit financier et droit des assurances, droit des obligations et droit des sûretés, droit des sociétés, droit fiscal et droit pénal financier, offrant ainsi aux étudiants une vue d'ensemble des questions juridiques fondamentales qui intéressent la communauté financière.

 

La formation n'offre pas seulement des enseignement juridiques ; elle est aussi ouverte vers des disciplines que les juristes doivent appréhender avant d'intégrer le marché du travail.

 

Le master bénéficie ainsi du soutien de Toulouse School of Economics (TSE) qui apporte son expertise en économie et en mathématiques financières.

 

Par ailleurs, grâce à la Toulouse School of Management (TSM), des cours de comptabilité et de gestion financière sont dispensés.

 

Afin d'aider à la mobilité internationale des étudiants, des cours d'anglais financier sont également obligatoires.

 

Outre les universitaires, de nombreux professionnels sont amenés à intervenir. Leur expérience permet d’associer aux enseignements théoriques une approche pratique, appréciable dans la perspective d’une insertion professionnelle.

 

Ces professionnels proviennent de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et de l’Autorité de Contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), de l’Institut Français des Administrateurs (IFA) et de l’Association Française des Marchés Financiers (AMAFI), de BNP Paribas, de 99 Partners Advisory, d'AGAMA Conseil, ainsi que de divers cabinets d’avocats français ou anglo‐saxons.

 

La poursuite d'un stage et la rédaction d'une étude à l'issue de celui-ci permettent aux étudiants de mettre en œuvre, dans un environnement professionnel, les connaissances acquises dans la spécialisation choisie.

 

D'autres étudiants décident de se consacrer à la recherche, soit dans une perspective universitaire, soit avec une finalité professionnelle.